Introduction

Chaque être humain est unique. Il possède des intérêts, des valeurs et des caractéristiques qui lui sont propres.  Ces différences peuvent aussi se manifester dans son choix de modèle amoureux.

Depuis peu, notre société s’ouvre tranquillement à de nouveaux modèles autres que la monogamie. Malgré cette ouverture, notre histoire sociétale et personnelle continue de teinter nos choix, se présentant entres autres sous formes de croyances, de valeurs, de jugements. 

Voici quelques exemples que j’entends souvent dans mon bureau ou que j’ai moi même eu;

Suis-je normal d’avoir du désir pour une autre personne même si j’aime mon ou ma partenaire?

Je «devrais» me satisfaire de la personne avec qui je suis, elle a tout fait pour moi.

Tout ce désir en moi me fait peur, je ne veux pas blesser la personne que j’aime.

Est-ce qu’une seule personne peut répondre à tous mes besoins?

Est-ce que le polyamour est vraiment pour moi ou j’ai surtout peur de l’engagement?

Mon ou ma partenaire souhaite que nous ouvrions notre couple, ce n’est pas vraiment mon désir, mais j’ai peur de la ou le perdre. Que devrais-je faire?

Nous savons que ce type de questionnements peut provoquer toutes sortes d’émotions et de malaises.

Nous vous proposons quelques pistes de réflexions pour éclairer et approfondir vos questionnements.

1. Qu’est-ce qui est important pour moi dans une ou des relations? 

Comme lors d’un achat important, la question se pose. De quoi ai-je besoin exactement?

À quoi viendra répondre votre choix de modèle amoureux?

 

Les besoins et les désirs

Les besoins sont essentiels à notre survie psychique, de la même manière que les besoins physiques. 

Selon Jacques Salomé, les besoins s’inscrivent toujours dans le présent et le propre des besoins c’est qu’ils réclament la satisfaction. Les désirs par contre, ne supposent pas d’être satisfaits, ils supposent d’être entendus.

Les désirs sont une représentation parmi tant d’autres d’une façon de répondre au besoin.

Par exemple, j’ai besoin d’amour comme nous tous et toutes. 

Plusieurs personnes peuvent combler ce besoin et de différentes manières.

Toutefois, pour me sentir aimé, je peux avoir le désir que mon partenaire me dise des compliments, mais ce n’est pas fondamental. 

Il est possible que celui-ci exprime son amour d’une autre manière, et par le biais de la communication, nous pouvons nous retrouver et satisfaire notre besoin d’amour d’une autre façon. 

Les principaux besoins psychiques fondamentaux selon Colette Portelance sont les besoins de:

  • Être aimé 
  • Être sécurisé
  • Être reconnu
  • Être écouté et accepté
  • Être libre 
  • Être créateur
  • S’affirmer

Exercise

Ici, nous vous proposons d’élaborer une liste de vos besoins et désirs, et de quelle façon  ils se présentent dans le quotidien.

Des exemples:

Pour répondre à mon besoin de sécurité et d’intimité avec mon partenaire, j’aime lorsque nous sommes en contact de façon quotidienne. 

Pour répondre à mon besoin d’exploration, j’aime faire différentes rencontres, sans pour autant que la sexualité soit impliquée.

Pour répondre à mon besoin d’amour et de sécurité, j’ai le désir d’avoir au moins une relation  principale dans laquelle nous sommes engagés de part et d’autre.

Vous pouvez également séparer une feuille en deux colonnes. L’une pour les besoins, l’autre pour les désirs. Il y aura probablement plusieurs désirs pour un seul besoin. 

Les valeurs

Une valeur est ce qui important, ce qui fait du sens pour nous.  Elle constitue en fait un ensemble de croyances. Elles permettent de guider nos choix et nos actions.

Les valeurs se développent dès notre enfance, et continuent de se construire, se solidifier et se transformer au fil du temps. Parfois certaines de nos valeurs demeurent ancrées en nous, mais ne sont plus ajustées par rapport à notre nouvel environnement ou vie actuelle. 

Il peut être intéressant lorsque se présente un questionnement ou un choix important comme celui du modèle amoureux, de voir ce qui se cache derrière certaines de nos valeurs, et de valider si celles-ci font encore du sens pour nous aujourd’hui.

Exercise

Comme les valeurs impliquent des croyances, nous vous proposons de lister vos valeurs en lien avec votre vie affective et les croyances qui s’y rattachent.

Un exemple: 

J’ai comme valeur la fidélité;

Quelles croyances sont sous-jacentes à cette valeur?

  • Je crois qu’une relation amoureuse authentique implique seulement 2 partenaires.
  • Je crois que lorsqu’on aime vraiment, nous n’avons pas d’attirance pour d’autres personnes.
  • Je crois que « mieux vaut rien savoir que dire une vérité qui pourrait blesser l’autre »

Ensuite vous pouvez prendre le temps d’évaluer si vos croyances font encore du sens pour vous aujourd’hui, et s’ il y a des contradictions entre elles.

Comme dans l’exemple plus haut, je porte la valeur de la fidélité, mais je préfère cacher une vérité pour ne pas blesser. 

C’est intéressant d’observer les contradictions, car lorsque nos actions vont contre une valeur profonde cela peut être très souffrant. 

L’objectif ici n’est surtout pas de vous juger, ou de vous dévaloriser, au contraire. Nous vous suggérons de faire cet exercice avec bienveillance envers vous-même, et avec la curiosité de mieux vous connaître. Si la confiance et l’ouverture est présente, il peut également  être pertinent de faire l’exercice avec un ou une partenaire amoureux.se et de partager ses réflexions. 

2. Quelles sont mes peurs, qu’est-ce que j’évite ou je fuis dans mes relations amoureuses?

Les peurs

Nos besoins sont essentiels mais pas pour autant aussi faciles à satisfaire en tout temps. Les peurs peuvent être un obstacle à la satisfaction de nos besoins. 

Voici une liste de quelques peurs (Portelance,  2014) 

  • Peur du rejet
  • peur de décevoir
  • peur de perdre l’autre
  • peur de perdre sa liberté
  • peur de l’engagement
  • peur de l’envahissement
  • peur du ridicule
  • peur du jugement 
  • peur de déplaire
  • peur de déranger
  • peur de blesser
  • peur du conflit
  • peur de la solitude
  • peur d’être abandonné
  • peur de la critique
  • peur d’être méchant.e
  • peur de souffrir

Voici un exemple d’impacts de peurs non accueillies et non communiquées. 

Je ne veux pas parler de mon désir envers d’autres personnes à mon ou ma partenaire, parce que j’ai peur qu’il ou elle me trouve ridicule et j’ai peur de la ou le perdre

Je demeure donc pris avec ce désir, qui devient de plus en plus fort en moi. Je me juge d’avoir ce désir, car j’ai la croyance que c’est égoïste. Je m’isole avec mon désir, mes fantasmes et je pars dans mon imaginaire. 

Ma ou mon partenaire ressent une distance, il ou elle ne comprend pas ce qui se passe. Des conflits s’installent. 

Exercice

1. Quels sont mes principales peurs dans ma relation actuelle ou dans une possible relation?

2. Quels sont les scénarios que j’imagine en lien avec ces peurs?

3. Dans la réalité, quelles sont les probabilités que cela arrive?

4. Quels besoins, désirs ou limites se cachent derrière ces peurs ?

3. Quels sont mes désirs, mes fantasmes les plus fous?

Les fantasmes parlent de nous, des interdits, des pulsions. Si vous vous interdisez plusieurs choses, par honte, par peur, pour des raisons morales ou autres, il se peut que vos désirs se manifestent d’une autre façon, parfois moins alignée avec ce que l’on souhaite vraiment. 

Exercice

Nous vous proposons d’aller explorer vos fanstasmes. 

Prenez le temps d’y laisser une place dans votre imaginaire.

1. Quel est votre plus grand fantasme?

2. Qu’est-ce qui vous anime la-dedans?

3. Avez vous des jugements à votre égard du fait d’avoir ce fantasme? Le ou lesquels?

4. Qu’est-ce que votre ou vos fantasmes disent de vous? De votre ou vos relations présentes ou désirées?

Après cet exercice, pourquoi ne pas ouvrir la discussion avec votre partenaire! 

4. Quelle place j’accorde à la communication dans ma ou mes relations?

On ne le redira jamais assez, la communication est une pierre angulaire dans les relations amoureuses.

Elle est essentielle  pour partager nos besoins, nos désirs, nos rêves, nos peurs, nos limites, nos irritants, nos préoccupations. etc. Elle favorise l’intimité et la résolution ou la prévention de conflits. 

Chaque personne communique à partir de ses croyances, son histoire de vie, ses perceptions et elle reçoit l’information en passant par les mêmes filtres.

Considérant que nous avons peu de référents sur les «normes» informelles sous-jacentes à ce modèle amoureux, il est d’autant plus important de communiquer. Notre «code de conduite», les «règles» seront à déterminer ensemble. D’autre part, le polyamour en soi implique la notion de transparence et d’honnêté avec les partenaires impliqués. Il va ainsi de soi que parfois il y aura des informations, ou vécu sensible à transmettre. Communiquer c’est aussi identifier en soi le message qu’on souhaite réellement transmettre, au-delà des critiques, jugements, comparaison ou autre. Cette étape telle quelle peut être en elle-même un grand défi. Qu’est-ce que je ressens? Quelle est la limite que je souhaite transmettre à l’autre, sans vouloir le contrôler ou brimer sa liberté.

La question que nous vous proposons de vous poser ici est:  est-ce que la communication est un aspect sur lequel vous souhaitez vous investir et que vous considérez comme important? Peu importe vos compétences en communication, l’essentiel est surtout votre ouverture à vouloir investir cette sphère. 

Conclusion

Le polyamour demeure très récent dans notre culture et langage. Peut-être êtes-vous le premier ou la première dans votre entourage à vous questionner sur ce modèle, peut-être aussi que plusieurs personnes qui vous entourent y naviguent ou l’ont adopté. 

Dans tous les cas, nous avons encore peu de référents et de codes sociaux comme guide. Les «règles» sont à établir entre les partenaires. Il est normal que cette démarche puisse être déstabilisante ou anxiogène. Ne restez pas seul ou seule avec vos questionnements. Parlez-en à des personnes en qui vous avez confiance, recherchez des personnes à titre de modèle qui vous inspirent, faites des lectures!

La thérapie relationnelle ou individuelle peut également être un outil pertinent pour aller un peu plus loin dans la connaissance de soi-même ou pour la communication entre 2 partenaires. Pour un rendez-vous, cliquez ici.

Bibliographie

PORTELANCE, Colette, Relation d’aide et amour de soi, Montréal Les Éditions du CRAM, 2014

PORTELANCE, Colette, La communication authentique,
Montréal Les Éditions du CRAM, 2012

Ressources

La Salope éthique
Dossie Easton et Janet Hardy

Compersion, Transcender la jalousie dans le polyamour
Hypatia from space

Je t’aime, je te trompe : repenser l’infidélité pour réinventer son couple
Esther Perel

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!