Combien d’entre nous pouvons parfois être pris.e dans le train-train de la vie, avec toutes les choses à faire; appeler la comptable, aller porter fiston à son cours de musique, répondre aux courriels, contacter le plombier, faire les courses. 

Combien d’entre nous aussi avons fait des choix de vie plus ou moins conscients. Par exemple, basés sur ce que l’entourage croyait le meilleur pour nous, ou encore tout simplement en suivant une certaine trajectoire professionnelle ou familiale, que l’on pensait être la nôtre ou la bonne.

Pour certaines personnes, un des impacts parfois difficiles, mais positifs de la pandémie a été de permettre une pause dans cette course à la montre, et de prendre du recul face à soi-même et sa vie. 

Dans cet article, nous vous proposons des pistes de réflexions et d’actions pour vous guider vers des choix qui vous correspondent vraiment et vous élèvent. 

Les termes « ce que je suis vraiment » et « ce qui me représente réellement » peuvent parfois paraître abstraits. Qu’est-ce que ça veut dire au juste? Le vrai soi, ou le soi authentique est bien présent au cœur de nous, souvent sous quelques couches de conditionnements divers.

Prenons par exemple les enfants. Ils sont généralement assez au clair avec ce qui les rendent joyeux.euses, ce qui les intéresse ou encore ce qui les déplaisent ou les mettent en colère. 

Dans la petite enfance et par la suite également, nous apprenons à nous forger principalement en fonction de nos relations. Par exemple, à chaque fois que je m’exprime avec fougue et intensité, telle et telle personne qui sont importantes à mes yeux me disent que j’en fait trop. Il est possible que j’en retienne que mon intensité n’est pas bonne à montrer, du moins pour être apprécié.e, voire aimé.e par ces personnes.

Il ne faut pas oublier qu’en jeune âge, nous sommes dépendants de l’extérieur pour notre survie physique et psychique. Tout cela se fait bien sûr de façon inconsciente. Après plusieurs années, en ajustant ceci par peur de ne pas être aimé, en réprimant cela pour correspondre aux attentes, parfois on se perd dans une forme de personnage, et tout ça de façon souvent bien insidieuse. L’objectif ici n’est surtout pas de mettre le blâme sur l’extérieur, au contraire. Les impacts sur soi et sur notre développement sont distincts des intentions et de l’amour de l’autre côté. 

Ceci-dit, en tant qu’adulte nous avons tous et toutes une zone de pouvoir sur nous-même, peu importe d’où nous partons et peu importe les ressources et limites que nous avons. 

Alors plongeons nous au cœur de ce que peut contenir cette zone, et allons voir des pistes pour accéder à ce « soi authentique » et à « ces choix qui nous conviennent vraiment ».

IDENTIFIER LES INCONFORTS ET DÉSIRS DANS SA SITUATION ACTUELLE

Si vous lisez cet article actuellement, c’est probablement que vous avez déjà une idée de certains éléments de votre vie que vous souhaitez ajuster, enlever ou ajouter. Prenez le temps de les identifier.

Par exemple:

DÉSIRS

  • M’offrir plus de temps dédié à moi seul.e
  • Partager de façon équitable la charge mentale avec mon conjoint.e
  • Me remettre à la peinture
  • Partager plus de moments de qualités avec mon ou ma partenaire

INCONFORTS

  • Une grande majorité des tâches que je fais au travail ne me donne pas le sentiment d’apporter ma contribution de façon significative pour moi
  • Je me sens isolée en dehors de mes relations familiales et professionnelles
  • Je sens que j’offre beaucoup aux gens que j’aime et que je reçois peu

Ce que vous identifiez ici comme inconforts est important. Ça parle de ce que vous ne souhaitez plus dans votre vie et cela peut vous aider dans la mobilisation vers un changement.

Ce que vous identifiez comme désirs et besoins est d’autant plus important, c’est votre direction, c’est votre vision, ce sont vos moteurs. 

Si vous observez que certaines peurs, pensées ou réactions prennent beaucoup de place, sont envahissantes ou vous bloquent dans votre réflexion, cela peut être signe qu’un accompagnement extérieur peut être aidant. Cela n’est pas signe de faiblesse, mais d’humanité! Les conseillers en orientation, les professionnels de la relation d’aide et les psychologues peuvent être de bonnes ressources.

FAIRE LA PAIX AVEC LE PASSÉ, LÂCHER PRISE

Cette étape peut être longue et peut requérir de l’aide extérieure, c’est normal, ne restez pas seul.e.s avec ça. Il est important de vous rappeler que les choix que vous avez faits ont généralement été faits avec les ressources que vous aviez à ce moment-là, et c’est parfait ainsi. 

Aujourd’hui vous êtes dans un espace différent, «let’s celebrate»! 

Prenez le temps, dans le moment présent, de vous reconnaître le fait de vous offrir ce temps de réflexion pour vous, vers le respect de vos limites et la poursuite de vos besoins et désirs ! Bravo! 

Regardez avec douceur le parcours qui vous a mené à aujourd’hui avec le plus de sensibilité possible  aux défis que cela vous a demandé et avec empathie envers vous.

 

ÉTABLIR SA VISION

Établir sa vision peut se faire en 2 volets. Dans l’irrationnel et dans le rationnel. L’irrationnel fait référence à l’inconscient et le rationnel au conscient, à la réalité tangible de l’ici maintenant.

Volet 1. Prenez le temps de vous imaginer dans une situation qui serait idéale pour vous. Qu’est-ce qu’il y a autour de vous, que voyez-vous, que ressentez-vous? Imprégnez-vous de cette situation idéale, et revenez-y lorsque vous souhaitez!

Les «visions boards», l’écriture spontanée, le fait de nommer à haute voix une réalisation comme si elle y était déjà sont tous des moyens de guider l’inconscient vers la destination que l’on souhaite. Ce n’est pas magique, mais cela guide le cerveau vers ce qui est le plus important pour vous en ce moment. 

Volet 2. Dans la seconde partie, c’est le temps de penser à votre situation actuelle, à ce que vous souhaitez prioriser, à vos valeurs, à ce qui est réaliste pour vous. Vous souhaitez faire un retour aux études par exemple; Est-ce que vous connaissez l’implication financière et est-ce que vous êtes prêts à assumer les responsabilités qui viennent avec ce choix? Est-ce que votre entourage concerné par la situation (si c’est le cas) connaît les implications sur eux et elles et ont pu vous nommer leur vécu face à cela?

L’idée n’est pas de vous bloquer dans vos projets, mais d’amener les éléments de réalité pour éviter les chutes difficiles! Si jamais vous êtes dans le tangible et faites face à plusieurs obstacles, que vous vous sentez pris, triste et/ou en colère de votre situation, une des pistes possibles est de revenir au volet 1, dans l’irrationnel.  

 

NE RESTEZ PAS SEUL.E.S

Ouvrir de nouvelles possibilités dans sa vie peut faire vivre toutes sortes de choses. C’est possible que vous vous sentiez honteux ou honteuse de vous offrir cela, ou encore que vous vous sentiez fier.ère.s. Dans tous les cas, ne pas demeurez seul.e.s avec ses pensées et émotions est aidant, et il y a différentes manières de le faire, dépendamment de vos besoins. Écouter des podcasts, faire des lectures, visionner des Ted talk, en parler à un ou une ami.e de confiance, à une connaissance, à la famille, à un professionnel, il y a plein de possibilités. Choisissez celle ou celles qui vous conviennent le mieux.

Ne pas rester seul.e peut vous aider de plusieurs manières: à valider votre vécu, à rendre plus tangibles vos idées, à recevoir du support, à alimenter votre créativité, etc. Il est important toutefois d’écouter votre rythme et votre discernement sur la manière de le faire et avec qui vous le ferez. 

 

S’ENGAGER

Cette étape est le scellant de l’enveloppe. C’est ce qui lui permettra de se rendre sans dommage. 

L’engagement envers vous-même est plus qu’une simple technique. C’est une intention que vous ancrez en vous et/ou envers d’autres personnes. 

L’engagement peut se faire de différentes manières, mais elle doit agir comme le nord d’une boussole lorsque vous êtes perdue.

C’est important d’identifier dès le départ pourquoi vous souhaitez faire le changement que vous voulez faire, qu’est-ce que vous en retirerez? C’est important parce que lorsque les peurs feront surface, lorsque les défensives comme l’évitement ou la fuite surgiront, c’est votre engagement qui restera. Engagement ne veut toutefois pas dire obligation. Changer de direction est parfois aussi une bonne chose, car il peut arriver que de nouvelles informations sur nous-mêmes et l’extérieur fassent surface.

 

CONCLUSION

Vous venez de prendre un temps de recul, un temps pour vous à être à l’écoute de ce qui vibre le plus pour vous et de ce qui vous éteint davantage. C’est ça, aller vers l’authenticité! Quel beau cadeau vous venez de vous offrir. 

Choisir est l’histoire d’une vie, et cela peut aussi être une belle occasion d’affirmation, d’amour de soi et de dépassement. Ce peut être aussi un beau moment de pause, de réflexion, d’ouverture et de remise en question.

Nous restons toutefois très sensibles à tous les inconforts et souffrances que ces périodes peuvent déclencher, qui sont eux aussi bien réels. Nous sommes disponibles pour vous supporter dans cette période, ou encore, vous diriger si nécessaire.

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!